Mammographie

Aujourd’hui, mammographie. A toutes les copines qui ont des seins volumineux et qui me disent que l’examen c’est l’enfer pour elles, je le dis sans détour : c’est pas mieux quand on a des seins qui ressemblent à des oeufs sur le plat.

Parce qu’ils ne se laissent pas attraper facilement. Ils fuient. Il faut les étirer pour qu’ils acceptent de se laisser coincer entre les plaques. Et puis, comme ils sont vraiment petits, on attrape un peu les côtes. Et quand, en plus, on a une chambre implantable, là, franchement, on frôle la catastrophe. Il faut jongler pour ne pas la choper avec le sein. C’est le pied total !

Sans oublier qu’on est toujours un peu angoissée par cet examen. On se sent bien mais on sait que la tumeur est silencieuse. Elle ne se manifeste pas, cette garce-là. Elle trace son sillon en douce. Donc, bonjour le stress.
Et puis, il ne faut pas non plus oublier de vider la poche de stomie avant l’examen. On ne sait jamais.

J’y suis, ça y est. Comme d’habitude, ça fait mal. Surtout le sein gauche, celui qui a été opéré. Et oui, 15 ans après, c’est toujours douloureux. Mais je dois dire que la jeune technicienne a bien fait son travail. C’est sûr, elle connaît son boulot. Elle a même mieux étiré les seins que la dernière fois. Qui eut crû que c’était possible ? Au passage, j’ai appris qu’il existe deux tailles de plaque de compression (voir schéma ci-dessous). J’ai eu droit à la petite : « petits seins, petite plaque ».

radio-mammographie

Ensuite, retour dans la salle d’attente en attendant que le médecin examine les clichés.

J’ai passé l’échographie, ça y est. Comme l’année dernière, le médecin échographe m’a fait remarquer que des métastases du cancer du sein 15 ans plus tard au côlon transverse, c’est très rare, c’est pas banal. Et oui, mon bon monsieur, je ne fais rien comme tout le monde, moi. J’aime bien me distinguer des autres.

Enfin, bref, pour parodier une pub du siècle dernier : « Maman, je n’ai rien aux seins ! ». Et c’est tant mieux.

Allez, je vais faire mes courses et après je me rentre et je me repose.

Demain, c’est épilation lèvres-sourcils chez l’esthéticienne. Ce sera plus zen, à part les rougeurs du visage juste après. Dommage que ça ne dure que 10 minutes.

Et en plus il y a une boutique De Neuville juste en face. Devinez ce que cette gourmande de Ninine va faire.

Allez, à plus !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s