Le Pet Scan

Lundi dernier j’ai passé mon cinquième PET Scan. Je devrais plutôt dire TEP Scan, pour « tomographie par émission de positrons ». Quel nom barbare ! En fait, cet examen repère, grâce à la TEP, les cellules ayant un métabolisme anormal, particulièrement les cellules cancéreuses, et le scanner permet de situer les images obtenues à la TEP dans leur environnement anatomique. En gros, cela permet de voir l’évolution de la maladie d’un examen à l’autre.

Voilà à quoi ressemble l’appareil de TEP scan (image tirée du site e-monsite.com)

tep scan

L’oncologue m’a prescris cet examen pour voir l’évolution des cellules cancéreuses après le traitement de chimiothérapie. C’est lui qui a pris le rendez-vous. Je dois arrêter mon traitement de chimio orale deux semaines avant afin que le médicament ne fausse pas les résultats.

Comment se passe l’examen ? Tout d’abord, je suis à jeun 8 heures avant. J’ai le droit de boire de l’eau mais pas de manger. Après l’accueil, je suis dirigée vers une petite chambre où je dois enfiler un pyjama d’hôpital. Je peux garder mon t-shirt, ma culotte et mes chaussettes. Un médecin vient me voir pour me poser quelques questions sur ma maladie et mon traitement. Puis, une infirmière vérifie ma glycémie en me piquant le bout du doigt et me pose une perfusion de sérum physiologique. Je m’allonge alors et j’attends. Je dois bouger le moins possible. En général, je m’endors. Au bout d’un vingtaine de minutes, l’infirmière revient pour m’injecter le produit de contraste.

J’attends encore une trentaine de minutes (ou peut-être un peu plus, je ne peux pas dire car je perds vite la notion du temps), toujours sans bouger. Ce temps d’attente est nécessaire pour que le produit de contraste se fixe sur d’éventuelles cellules cancéreuses.

Ensuite, je passe un scanner qui dure environ 30 minutes pendant lesquelles il ne faut toujours pas bouger. Théoriquement, on doit avoir les bras tendus au-dessus de la tête mais, avec une chambre implantable à droite et un curage ganglionnaire à gauche, c’est un peu difficile. L’infirmière me sangle donc les bras le long du corps, ce qui est plus confortable.

Après l’examen, je rejoins ma chambre où je peux me rhabiller. On me sert une petite collation puis je peux partir. Je n’ai pas les résultats de l’examen car les images doivent être traitées et analysées. Ensuite, elles seront transmises directement à mon oncologue avec lequel j’ai rendez-vous ce vendredi.

Lors d’un précédent PET Scan le médecin m’a proposé de passer un examen supplémentaire avec un nouvel appareil, le PET IRM. Même principe que le PET Scan mais au format IRM, c’est à dire beaucoup plus étroit. J’ai accepté. J’ai d’abord passé le scanner, puis l’infirmière m’a préparée pour l’IRM ; je devrais plutôt dire « harnachée » ! On m’a glissée dans la machine, j’ai tenu exactement 5 minutes et j’ai commencé à paniquer ! L’expérience s’est arrêtée là ! Désolée, ce n’est pas moi qui ferait avancer la science, pas là-dedans en tout cas.

Bon, maintenant j’attends la visite avec l’oncologue et je croise les doigts.

Allez, à plus

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s