La minute de Miss Iléo

S … comme Stomie

Il y a 3 ans, comme la plupart des gens, je ne savais pas ce qu’était une stomie. C’est vrai que le chirurgien, avant mon opération m’avait dit qu’il avait l’intention de retirer la partie sténosée du côlon, puis remettre la continuité. Opération délicate, certes, mais le système restait en place.

Alors, quand je me suis réveillée de l’opération et que j’ai été assez consciente pour voir cet espèce de récipient transparent rempli d’un liquide verdâtre perché sur mon abdomen, j’ai commencé à me poser des questions.

Quand le chirurgien m’a rendu visite, après l’opération , il m’en a expliqué des choses ! Mais j’étais bien incapable de comprendre grand-chose. Ah si, j’ai bien compris que la cavité péritonéale était remplie d’un liquide plutôt douteux et qu’il y avait une forte suspicion de cancer. D’où le fait qu’il avait été obligé d’interrompre la continuité pour traiter tout ça.

Dans les premiers temps, j’ai vécu comme dans un rêve (plutôt un cauchemar). Au début, on m’a mise au régime BYC : bouillon/yaourt/compote. J’ai bien cru être dégoûtée à jamais de ces trois aliments. Mais il fallait vérifier que le système court fonctionnait correctement.

Ensuite est venue la période de l’acceptation, l’apprivoisement et l’apprentissage. Quand je me regarde maintenant dans une glace, je ne suis plus choquée par mon apparence physique et quand je change la poche de ma stomie je n’ai plus l’impression d’avoir un alien qui sort de mon ventre.

Mais il m’a fallu du temps pour m’y faire, pour faire ma toilette toute seule, pour m’accepter telle que je suis maintenant. Ce qui m’a le plus manqué c’est de ne pas rencontrer de personnes stomisées comme moi. J’aurais sans doute pu faire la démarche pour rencontrer d’autres stomisés mais, durant cette période, je me battais contre le cancer et je n’avais pas beaucoup de courage pour autre chose.

C’est différent maintenant. Je sais que j’aurai sans doute cette stomie jusqu’à la fin de mes jours et je n’ai pas peur d’en parler.

En France, on a des sujets tabous : la maladie grave, le sexe, le handicap, et j’en passe.

Mais moi j’ai envie d’en parler, de dédramatiser. Oui, j’ai une poche accrochée à mon ventre, qui se remplit de selles à grande vitesse. Oui, je n’ai qu’une petite partie de mes intestins en fonctionnement. Oui, ma stomie fait des bruits incongrus que je ne peux pas contrôler. Et alors ?

On s’en fiche ! Avec quelques aménagements, je peux vivre une vie normale. Et je ne vais pas me gêner.

Allez, je vais vider ma poche avant qu’elle explose.

A plus ! Et surtout portez-vous bien !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s