Y a de l’espoir !

Depuis quelques temps, mes infirmières, Céline et Isabelle, me mettaient la pression pour que je contacte un gastro-entérologue pour avoir un second avis sur la remise en continuité de mes intestins, étant donné que mon chirurgien est plutôt réticent.

J’ai donc pris le taureau par les cornes et, sur les conseils d’Isabelle, j’ai téléphoné à l’hôpital Bicêtre pour un rendez-vous.

Jeudi dernier, j’ai eu une consultation avec un gastro-entérologue qui a bien examiné mon dossier et m’a dit que mon cas serait étudié en réunion avec les chirurgiens. Et, le lendemain, il m’a téléphoné pour me donner le nom du chirurgien que je devais consulter.

Et aujourd’hui, j’ai eu une consultation avec le chirurgien.
Cela partait plutôt mal. En effet, grosse pollution atmosphérique à Paris et dans ses environs (si on ne meurt pas du cancer, c’est peut-être ça qui va nous achever). Donc restriction de circulation et, bien entendu, l’immatriculation de ma voiture est paire ! J’ai étudié la possibilité d’y aller en transports en commun. Là, mon fils Alexandre et mon infirmière Céline m’ont gentiment fait remarquer que j’étais un peu folle : qui dit transports en commun dit foule, microbes, bactéries et fatigue. Ok, ok …

Etant donné que mon fils Ivan a une société de transports de personnes, il m’a fait conduire par un de ses chauffeurs. La classe !

Me voilà donc à Bicêtre un peu en avance pour mon rendez-vous de 11h15. J’ai le temps de boire un café et de manger un petit cookie. Et de vider ma poche d’iléo, bien sûr. Cela ne se fait pas de se présenter en consultation avec une poche grosse comme un ballon de handball.

A l’heure, le chirurgien me reçoit. Il ne voit pas d’inconvénient à m’opérer, tout en me faisant bien comprendre que sa décision finale ne pourra être prise qu’après plusieurs examens de contrôle. Je sors de la consultation avec une ordonnance pour une radio, un scanner et une coloscopie. Il est sympa, il a numéroté les démarches que je dois faire pour que je fasses tout dans l’ordre !
Et le parcours du combattant commence : c’est grand Bicêtre. Déjà, pour trouver le bureau des rendez-vous pour la coloscopie, je rame. J’erre un certain temps dans les couloirs déserts du premier étage. Je finis par trouver. La secrétaire, gentille, me prévient tout de suite qu’il y a un certain délai. Je m’en doute. Ce ne sera pas avant le 7 février 2017. Franchement, je ne suis pas à 3 mois près. Je lui demande si je dois avaler le super liquide qui nettoie tout étant donné que j’ai une stomie et que tout ce que j’ingurgite passe dans la poche. « Si, si ! » me répond une autre secrétaire. « Vous êtes sûre ? » « Attendez, je vais demander au docteur ». C’est cela, faites, faites …

Cinq minutes plus tard, elle revient. « Non, ce n’ai pas la peine, on vous fera juste un lavement (youpi !!) mais faites quand même le régime sans résidus, c’est mieux ». Moi, je veux bien, mais je ne suis pas sûre que ça soit nécessaire.

Je sors du bureau avec en plus le rendez-vous avec l’anesthésiste. Première étape franchie.
Un peu plus loin, c’est le bureau des radios et scanners. Là c’est plus rapide. Les deux examens seront faits le même jour, le 2 janvier. J’ai intérêt à avoir l’esprit clair ce jour-là. La secrétaire me dit qu’il faut boire beaucoup la veille (de l’eau ?). Deuxième étape franchie. Ouf !

Il ne me reste plus qu’à redescendre au rez-de-chaussée pour prendre un nouveau rendez-vous avec le chirurgien qui pourra alors étudier les résultats de ces examens.Troisième étape franchie. Il est déjà 13h15. Heureusement que j’ai mangé le cookie, il m’a bien calée.
Je sors de l’hôpital, j’appelle mon chauffeur et 30 minutes plus tard me voilà revenue chez moi.
J’ai déjeuné et ensuite j’ai fait une sieste de 40 minutes ! C’est là que je me rends compte combien je suis fatiguée.

Enfin, dans l’ensemble ce sont de bonnes nouvelles. Je ne pas pas encore sûre que l’opération aura lieu mais le processus est en route. Quelque soit la réponse, je saurai que les choses ont été bien étudiées.

On avance à petits pas, mais on avance.

pas-a-pas

Allez, je vais prendre mon quatre heures (non, pardon, mon cinq heures et demi). A plus !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s