Mister Parfait

Je plains celles et ceux qui pensent être parfaits. Au début, je voulais dire que je les détestais, mais en fait, non, je les plains car je suis sûre qu’ils ne sont pas heureux. J’en ai un spécimen à la maison. Je sais donc un peu de quoi je parle. Tout ce qu’il fait est parfait, du moins le pense-t-il. Ce que les autres font, c’est pas bien, c’est du travail bâclé, d’amateur. Il est mécano mais il sait tout faire : l’électricité, le jardinage, la plomberie. Il me donne même des conseils de cuisine !

Il veut que tous ceux qui l’entourent soient parfaits, donc qu’ils fassent les choses comme lui l’entend. Bon, franchement, avec moi, il est pas gâté, mais alors pas du tout. Je suis bordélique, maladroite, pas très douée pour les travaux manuels, pas parfaite du tout. C’est vrai que, pendant plus de 30 ans (et oui, le temps passe) de vie commune, j’ai essayé de devenir parfaite. J’ai corrigé mon comportement pour être conforme à l’idée qu’il se faisait de la femme parfaite. J’ai fait constamment des efforts. Mais voilà, la barre était placée trop haute. Ce que je faisais ne correspondait jamais à ses attentes. Jamais de compliments, ni d’encouragements. Toujours des critiques. J’ai fini par perdre l’estime de moi, par devenir transparente.
Mais voilà, la maladie est passée par là. Elle m’a fait prendre conscience de ma force et de la faiblesse de mon compagnon. Celui qui est parfait, qui cherche la perfection dans tout n’est jamais satisfait et ça le rend souvent aigri. Je me suis détachée de lui peu à peu car il m’est difficile de vivre avec un éternel insatisfait qui n’est jamais content des efforts que l’on fait pour lui et qui n’a de cesse de tout critiquer.

Pour moi, la perfection n’existe pas. Nous avons tous nos défauts et nos qualités. Nous sommes savants dans certains domaines et totalement ignorants dans d’autres. Je l’accepte et je ne refuse jamais d’apprendre quelque chose de nouveau. Je n’ai pas de certitudes. Je ne sais pas de quoi demain sera fait et je vis le moment présent pleinement. Et malgré la maladie, malgré la fatigue et les effets secondaires de mes traitements, je suis heureuse. Oui, heureuse !

Allez, à plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s